Brightwell Aquatics, une entreprise nouvelle génération qui s’occupe du bien être de nos bacs

Posté le 17 octobre 2012 par

1/ Monsieur Brightwell pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours professionnel?

Certainement. Mon intérêt pour l’aquariophilie a débuté quand j’avais 6 ans et que mon père avait installé un aquarium d’eau douce de 75 litres dans ma chambre.

Je pouvais passer des heures à regarder les poissons, interagir entre eux, apprendre leurs noms, l’histoire naturelle des espèces que nous avions et à lire l’exemplaire écorné de « Aquarium husbandry book » d’Innes (William Thornton Innes).

Ce premier aquarium a fait grandir mon intérêt pour les habitats aquatiques et a largement influencé le choix de la carrière que j’ai suivi.

J’ai eu de nombreux aquariums durant ma jeunesse, passant d’un bac communautaire, à des biotopes du type Rift Lake (lac profond généré par des mouvement de plaques tectoniques), puis des biotopes des rivières d’Amérique centrale et sud-Américaines et d’autres poissons de la branche des Cichlidés (poissons exotique d’eau douce) pour en arriver à des aquariums d’eau de mer.

Pendant ma carrière d’aquariophile, qui a maintenant dépassée les 32 ans, j’ai construit mes aquariums, les meubles, décantes, filtres, les écumeurs à protéines, rampes d’éclairage; ainsi que des aquariums approchant les 53.000 litres (53 m3).

J’ai eu ma part « d’accidents », avec des inondations, des électrocutions moyennes, des explosions d’aquarium, etc.

J’ai obtenu à l’université un diplôme en Sciences de la Mer (Université de « Coastal Carolina »), avec une option en Chimie Marine, Ichthyologie, Ecologie et Ethnologie des poissons, et surtout beaucoup de mathématiques.

Vers la fin de ma scolarité universitaire, j’ai été consultant et concepteur d’aquariums pour des personnes voulant en installer chez eux.

Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai eu beaucoup d’opportunités de travail dans le secteur de la recherche et des aquariums publics.

Cependant, aucun des postes proposés n’était financièrement acceptable et j’ai continué à chercher un poste qui correspondrait à mes attentes.

J’ai décidé de contacter plusieurs entreprises privées, travaillant dans l’industrie des aquariums en espérant qu’elles auraient un poste ouvert à me proposer.

J’ai été contacté quasi immédiatement par Jack Kent, fondateur de Kent Marine. J’ai occupé un poste chez eux, qui était composé de R&D et d’assistance technique supérieure aux aquariophiles amateurs et professionnels. J’ai fini par prendre toutes les responsabilités en R&D (Recherche et Développement) et jouer un plus grand rôle au sein de l’entreprise. En 2006, 2 ans après le rachat de Kent Marine par Central Garden and Pet, j’ai quitté l’entreprise pour fonder Brightwell Aquatics.

Quand je travaillais pour Kent, j’ai souvent été appelé en tant que consultant dans la conception de systèmes d’exploitation aquacole, filtration et gestion de la chimie de l’eau, une fonction que j’effectue toujours avec grand plaisir.

2/ Pouvez-vous nous parler de votre parcours d’aquariophile?

J’ai grandi au sein d’une génération d’aquariophiles américains qui pensait encore que les écosystèmes marins étaient impossibles à maintenir. Cette opinion semblait prévaloir dans les boutiques que je fréquentais dans ma jeunesse.

Mon premier aquarium marin a été conçu après un énorme travail de réflexion sur « l’état idéal de l’eau » dans des grands systèmes. Je me suis dit qu’entretenir un aquarium marin ne devait pas être plus dur que le travail de réflexion.

Non seulement, cette hypothèse étaie correcte, mais il s’est avéré aussi que c’était plus facile et surtout moins cher pour des petits volumes.

L’expérience acquise m’a incité à écrire un ouvrage sur le sujet l’aquariophilie marine, car il y avait peu de livre spécialisé à ce moment-là.

Ce qui a commencé comme étant un document de 25 pages a vite mûri en un livre de plus de 200 pages, le principal sujet étant la chimie de l’eau (Marine Chemistry, réédité en 2007).

Ce livre a été publié il y a des années par TFH Publications, suivi de mon deuxième livre peu de temps après, le guide des nano-récifs (The Nano Reef Handbook, publié en 2006).

Au fil du temps, j’ai entretenu des systèmes récifaux allant de 7-8 litres à 15.000 litres (plusieurs aquariums reliés sur le même système de filtration).

Je les ai tous immensément appréciés.

3/ Brightwell Aquatics; comment vous est venu l’envie et l’idée de créer votre entreprise ?

Quand je suis entré dans l’industrie de l’aquariophilie en 2000, j’étais un jeune diplômé de l’université, naïf sur la réalité des affaires, du monde et très idéaliste sur la façon dont les choses doivent être faites en ce qui concerne l’éthique scientifique. Je continue à suivre cette deeonthologie, mais je ne suis plus aussi naïf aujourd’hui.

Je m’attendais à trouver des entreprises impliquées dans l’industrie avec des millions de dollars dans les laboratoires, faisant de la recherche scientifique appropriée et avec des méthodes de développement et de fabrication des produits les plus éthiques possibles.

J’ai été déçu.

Notez que ce n’est pas une médisance envers Kent Marine, que je sentais à l’avant-garde de ces pratiques à cette époque dans les limites de la concurrence à laquelle nous avons été confrontés. Mais j’ai toujours senti qu’il y avait une place pour l’amélioration. Même aujourd’hui, je crois qu’il y a très peu d’entreprises qui ont vraiment placé l’accent sur la viabilité du produit et sa qualité, plutôt que d’être axé sur le profit.

Je suis très fier d’affirmer que nous sommes sans équivoque dans le premier groupe. Nous n’avons pas fait de raccourcis ou de baisse d’efficacité quand il s’agit de la qualité du produit!

Quand j’ai quitté Kent Marine, j’ai décidé de fonder une société basé sur mes normes scientifique d’efficacité, essentiellement pour faire les choses telles qu’elles doivent être faites afin de créer les produits les plus efficaces possible et scientifiquement parlant.

Je suis très passionné par la qualité et l’efficacité de nos produits.

Cela se reflète dans tant d’aspects des produits, eux-mêmes: le détail sur les étiquettes, la concentration des ingrédients utilisés, la quantité d’ingrédients utilisés et la force ionique issue du mélange des solutions, le temps passé dans la recherche, le développement et la formulation, l’attention portée à la précision, la réplication des aspects valables de la chimie de l’eau naturelle, la quantité de temps et d’argent qui ont été investi pour promouvoir les aspects positifs des produits pour les aquariophiles et les propriétaires de magasins, plutôt que de se concentrer sur les lacunes de nos concurrents.

En fait, c’est une politique stricte de notre société que de ne mentionner aucun autre concurrent, de ne pas rabaisser leurs produits, en présence de professionnels de l’industrie.

Nous ne voulons pas être perçus comme une société qui a pour but de calomnier la concurrence afin de faire une vente, nous voulons l’efficacité et la beauté de nos produits pour eux-mêmes.

Je crois que nous avons accompli cela et nous allons continuer à suivre cette voie tant qu’il y aura une industrie d’aquariophilie avec qui commercer!

Enfin, je réponds à toutes les questions techniques personnellement, en m’assurant que la meilleure réponse possible soit fournie aux aquariophiles.

4/ Production de produits (chimique ou non), respect de l’environnement, pouvez-vous nous en dire plus sur la production chez Brightwell Aquatics?

Chaque produit portant le nom de Brightwell Aquatics est fabriqué dans notre usine en Pennsylvanie, USA. Nous n’utilisons pas de sous-traitance afin de nous assurer d’un contrôle régulier de la qualité de nos produits.

A quelques exceptions près, tous les ingrédients que nous employons sont issus des deux classes maximales de pureté et l’eau utilisé dans nos produits est purifiée par de multiples filtrations, il n’y a pas de gaspillage.

Tout ce qui est utilisé lors de la production est pesé/mesuré soigneusement afin de respecter consciencieusement les formulations.

Nous utilisons autant que cela ce peut des matériaux recyclés pour les emballages.

5/ Pouvez-vous nous présenter rapidement votre gamme de produit à destination de nos bac récifaux

Le but ultime de mon entreprise est de fournir des compléments, des filtres, et du sel de mer synthétique ayant les meilleurs performances qui sont le résultat du bon ratio et de la bonne force ionique ainsi que de la haute pureté de nos ingrédients.

Notre gamme de suppléments et filtres apportent des solutions pour gérer la plupart des aspects organiques et inorganiques, de la chimie de l’eau pour les aquariophiles de tous niveaux et pour tout type de systèmes développés dans des conditions saines.

6/ Votre sel semble très performant en quoi est-il différent ?

Notre sel est unique sur le marché pour un certain nombre de raisons. Tout d’abord, il a été formulé afin de reproduire tous les aspects importants de l’eau de mer naturelle (Natural Sea Water => NSW) en chimie, en prenant en compte les concentrations de tous les éléments majeurs, ceux mineurs et en traces non conservatifs, puis la chimie pour les reproduire spécifiquement et avec précision.

Ceci est en contraste avec le fait d’utiliser un mélange de sel d’un concurrent qu’on prendrait comme un modèle et d’essayer d’en faire une version supérieure en augmentant les concentrations de certains éléments pour être «meilleur ».

Cette approche n’est pas scientifiquement valable pour un certain nombre de raisons.

C’est ma conviction que la création ainsi que la maintenance de la chimie de l’eau pour qu’elle soit aussi proche de la chimie de l’eau de mer naturelle que possible, sans la présence d’éléments qui en se conservent pas, se traduit par un milieu marin beaucoup plus sain dans l’aquarium.

Fondamentalement, je crois que faire autrement ne serait pas raisonnable. L’une des principales différences entre notre sel et d’autres (surtout quand l’on a commencé à vendre le sel) est que nous n’utilisons que du magnésium anhydre et du sel de calcium dans notre mélange, au lieu d’utiliser les versions hydratés.

Les avantages sont qu’une moindre masse globale de notre sel est nécessaire pour obtenir un volume fixe d’eau par rapport à un mélange hydraté, et aussi un niveau beaucoup plus faible de polluants tels que les métaux lourds et l’ammoniac, qui sont souvent présents dans le calcium et le magnésium hydraté.

Notre sel est très cher à produire et son prix est fixé en conséquence. Cependant les aquariophiles qui utilisent notre sel vous diront que la performance est supérieure aux mélanges qu’ils ont utilisés dans le passé et vaut la dépense supplémentaire. Notre sel est utilisé par les universités et groupes de recherche gouvernementaux, par un certain nombre de musées prestigieux et aquariums publics et par les aquariophiles avertis professionnels et amateurs dans plus de 90 pays dans le monde. Je suis très fier de la réaction positive que nous avons reçue sur ce sel depuis qu’il a été introduit en 2008, en particulier parce que cela a été un processus très long et coûteux pour obtenir le produit fini sur le marché.

7/ Il y a souvent polémique sur la salinité/densité: pour vous quelle est la valeur idéale ?

Pour les aquariums récifaux, je recommande de maintenir une densité d’environ 1.023-1.025 g/cm3.

Cependant, j’insiste sur le fait qu’il est plus important pour la santé des habitants que la chimie de l’eau reste stable plutôt que d’essayer de la caler sur un paramètre bien défini.

Cela vaut aussi pour la densité.

8/Nous avons remarqué que vous aviez une large gamme de produit pour nourrir les coraux à ce titre pouvez vous nous expliquer comment optimisez au mieux l’utilisation de ces produits ?

Certainement. Les phytoplanctons sont généralement les mieux adaptés pour nourrir les bivalves, les éponges, tuniciers, sabelles et coraux moux. Les exemples sont PhytoChrom, PhytoGreen-S et PhytoGreen-M, PhytoGold-S et PhytoGold-M.

Les zooplanctons sont généralement les mieux adaptés pour nourrir les coraux durs, les anémones, les polypes coloniaux, les larves de poissons, les invertébrés mobiles, y compris les nourritures en suspension pour les concombres de mer. Les exemples sont Zooplanktos-S, -M, et –L, ainsi que les Macrovores.

Nous avons quelques suspensions qui rassemblent les deux groupes : Microvore et Reef Snow.

Elles sont très efficaces pour les systèmes qui abritent diverses populations d’invertébrés qui ont besoin d’une nourriture en suspension.

9/ Bien nourrir les coraux, une méthode plus efficace qu’une autre?

La façon la plus efficace pour nourrir les habitants d’un aquarium est de déposer la nourriture en suspension à l’aide d’une pipette ou d’un long tube rigide à 5 -10 cm en amont de l’organisme à nourrir. Par rapport à un simple déversement de nourriture en suspension qui finit par circuler dans le système, un plus grand pourcentage de la nourriture est consommé.

10/ Quel est pour vous le Saint-Graal du récifaliste ?

Je pense que la réponse à cette question est différente pour bien des aquariophiles expérimentés. Ma propre réponse serait de créer et maintenir un système qui n’a absolument aucun impact sur les océans en utilisant des habitants qui sont nés et ont été élevés en captivité ou sont issus d’élevages respectant l’environnement et qui n’utilise pas de roches prélevée dans des récifs vivants ou même fossilisés. Je travaille actuellement au développement de ce genre de système.

11/ Quel sont vos projets futurs ?

J’ai espéré commercialiser une série de kits de tests chimiques précis depuis un certain temps. Cependant, mon emploi du temps n’a pas été assez flexible pour me permettre de les terminer. J’ai l’espoir d’y arriver d’ici quelques mois.

12/ Le mot de la fin ?

La devise de notre entreprise « C’est plus qu’un aquarium. C’est une obsession » résume notre philosophie sur l’aquariophilie. C’est pourquoi nous sommes si dévoués à la fabrication des produits les plus performants et de la plus haute qualité. Notre but ultime est d’aider au succès des aquariophiles, que ce soit dans le cadre professionnel ou amateur, par des moyens scientifiquement solides. Je suis impatient de développer des relations avec les aquariophiles français alors que notre ligne de produit commence à être disponible en France. J’espère que nos produits auront un impact positif sur la gestion de vos aquariums et que les retours le seront aussi.

Je vous remercie de l’intérêt porté à mon parcours professionnel ainsi qu’à l’historique et les différents aspects de mon entreprise.

Je souhaite à tous les aquariophiles de France, les meilleurs succès dans toutes vos tentatives aquatiques.

Je tiens tout particulièrement à remercier Monsieur Brightwell du temps accordé pour cette interview.

Entretien réalisé par Sébastien Ruaux pour Recifal News

(aide à la traduction PtitDark, relecture par ReRe, B92, SabineP)

bwa_logo_hdr.gif

Site web de la marque : www.brightwellaquatics.com

Site web de l’importateur en France : Aquarioom

Commentaires