Les cyanobactéries, une plaie en récifal

Posté le 2 avril 2014 par

En effet, elles peuvent recouvrir le sable, le décor, puis les coraux. Les toxines dégagées par les cyanobactéries étouffent les coraux et ceux-ci meurent. Les causes sont à la fois méconnue et multiples, voici une liste non exhaustive de ce qu’on l’on trouve sur le net :

  • eau « trop propre » (pas de nitrates, pas de phosphates)
  • déséquilibre nitrates / phosphates (les préconisations sont en général un ratio PO4/NO3 de 1 pour 10)
  • manque de brassage

Pour ma part, l’arrivée des cyanobactéries est due à un changement d’eau avec du sel enrichi. Deux jours après celui-ci, le sable était envahi. J’ai suivi au maximum les recommandations que l’on trouve ici et là : siphonnage, surveiller les NO3 et PO4, ne pas trop nourrir.

Le temps passant le problème s’est intensifié et les cyanobactéries commençaient à recouvrir les coraux j’ai donc décidé d’agir.

img1.jpg

Plusieurs produits existent sur le marché notamment des antibiotiques qui me paraissaient quelques peu dangereux pour le bac. Puis on m’a parlé du produit Anti Cyano Daphbio qui a fait ses premiers adeptes en quelque mois.

Le produit Daphbio Anti Cyano

Ce produit, sorti en octobre 2013, est en fait deux produits, qui travaillent ensemble : un flacon d’anti cyano et un flacon de Microfaune booster. Suite à ma commande j’appelle Benoît le dirigeant de Daphbio, qui se montre très dispo et répond à toutes mes questions. Il est à noter que ce service « sur mesure » en fonction du bac et des paramètres est très appréciable, et de plus très intelligent. En effet souvent les dosages de tel ou tel produit ne sont pas adaptés pour tel ou tel bac, la personnalisation du produit est ici un véritable atout qui conditionne la réussite du protocole. Voici à quoi ça ressemble :

img2.jpg

Le Microfaune nourrit la micro faune et les coraux, tandis que l’anti-cyano vient concurrencer les cyanobactéries.

Le bac de test : matériel, maintenance et paramètres

Le matériel, point névralgique de tout bac. Il est évident qu’avant de se lancer dans l’achat de produits, il faut être sur que son matériel est adapté.

  • Rampe Led DIY 108 Leds Cree de 3 W / Optiques 40°
  • Ecumeur Reef Octopus 5000
  • Brassage 2 x 6095 Tunze sur Contrôleur USB Aléatoire

Concernant la maintenance, je suis un fervent partisan de la phrase « moins on y touche mieux c’est ». Il faut l’avouer, en récifal, le mieux est l’ennemi du bien. C’est souvent en voulant améliorer les couleurs ou la pousse que l’on peut faire des bêtises, du coup je simplifie au maximum.

– Balling 1,2,3 sur pompes doseuses (400 mL de chaque solution / jour)

– Changement d’eau peu fréquent tous les 2 mois (il en faudrait que j’en fasse plus souvent, mais ça a souvent été cause de problèmes, dans mon cas, d’où ma réticence)

– Toutes les semaines nettoyage godet écumer + micron bag + vitres

De manière générale j’évite les produits bien cher qui nous promettent la lune, donc on ne connait pas la composition et qui sont pour certains remplis de substances pas recommandées (PO4, engrais…). Donc après avoir testé pas mal de choses, dans mon bac pas de :

  • congelé
  • bactéries
  • nourriture pour coraux (phytoplancton, zooplancton en poudre…)

Ma courte expérience en récifal me fait dire qu’il faut se concentrer sur une maintenance simpliste, supportée par un matériel de qualité sur le trio vital (éclairage / écumeur / brassage).

Paramètres du bac :

  • NO3 : 4ppm
  • NO4 : 0.08ppm
  • Ca : 410mg/L
  • KH : 8

Passons aux choses sérieuses : le test !

Le protocole, d’une durée de 5 jours, est on ne peut plus simple (Petite précision : Si vous avez un filtre UV, il faut le couper le temps du traitement).

Chaque soir à l’extinction des lumières, je coupe l’écumeur, et j’ajoute 40 mL de ‘Microfaune Booster’, puis 40 mL d’anti-cyano, tout ça directement dans le brassage.

Je ne remet en route l’écumeur que le lendemain matin (coupure de l’écumeur 23h à 8h).

Et puisque des photos valent mieux que de longs commentaires voici le résultat du test, jour par jour.

img3.jpg

Au bout de deux jours, les cyanos brunissent et font des filaments : elles meurent. Au bout de cinq jours plus rien de visible sur le sable.

Prévoir une légère poussée d’algues (filamenteuses, valonias si vous en avez) : rien ne se perd, donc je suppose que la mort des cyanobactéries fournissent les éléments nécessaires aux algues pour se développer. Benoît m’avait prévenu avant coup de cette poussée, encore un point positif pour Daphbio qui informe avec honnêteté sur cet « effet secondaire ».

En dehors de ça je n’ai remarqué aucun effet secondaire sur le vivant.

Conclusion

Quelle joie de retrouver son sable blanc immaculé comme au premier jour, de voir les zoanthus se ré-ouvrir à nouveau alors qu’ils étaient asphyxiés ! Un produit simple, efficace et MADE IN FRANCE que dire de plus : un grand bravo à Daphbio !

img4.jpg

Les plus
  • Ça marche !!!!! On ne peut pas en dire autant de tous les produits.
  • Personnalisation du dosage du produit en fonction du bac.
  • Disponibilité et conseils.
Les moins
  • La poussée d’algues après le traitement mais c’est vraiment pour chercher la petite bête.

C’est pour ces raisons que nous décernons un ‘Testé et Approuvé’ à ce produit.

post-8-0-13687300-1352067477.png

Commentaires