L’acclimatation d’un nouveau poisson

Posté le 8 juin 2017 par

Vous venez de craquer pour de nouveaux arrivants pour votre aquarium chez votre poissonnier ou votre site de vente par correspondance favori. Reste maintenant à acclimater correctement ces nouveaux pensionnaires à leur maison. Les sacs sont là, prêts à être ouverts ; quelques petits conseils avant de les déballer.
Acclimatation poisson

L’acclimatation aux paramètres de l’aquarium

On parle là du passage délicat lors du transfert du poisson. Après avoir réchauffé la poche contenant le poisson, en la laissant tremper dans l’eau de l’aquarium pour que la montée en température se fasse progressivement, il est temps d’effectuer le transfert. Pour se faire, deux cas se présentent en fonction de sa provenance :

goutte à goutte

Le poisson vient d’un magasin local

Le poisson a alors très peu voyagé dans la poche, donc il n’a pas altéré les paramètres de l’eau avec ses déjections ou sa consommation en oxygène. De ce fait, vous pouvez alors adapter la salinité du sachet à celle de votre aquarium via un goutte à goutte ou en versant un peu d’eau de l’aquarium de façon régulière afin de niveler la densité de l’eau dans laquelle il est arrivé à celle de votre aquarium. A savoir que, généralement, en magasin, on maintient les poissons à des salinités basses, vers les 1019, afin d’amoindrir leur stress et qu’ils fournissent moins d’efforts dans l’eau. Une fois tout cela fait, il suffit d’attraper le poisson et hop !

Le poisson vient de la VPC

On parle là du cas le plus tendancieux. On pourrait penser que l’on puisse appliquer la même méthode que pour l’achat d’un poisson à proximité, c’est totalement faux. Le poisson a passé un certains temps dans le sac. Ce sac, conditionné par le vendeur, est gonflé à l’oxygène pur afin que le poisson ait un maximum de chance de survie lors de ce transport prolongé. Lors de ce transport le poisson a stressé, s’est soulagé (il ne va pas se gêner) et a consommé de l’oxygène. Tout cela entraînant une fluctuation des paramètres de l’eau du sachet :

  • Augmentation des Phosphates PO4
  • Augmentation des Nitrates NO3
  • Augmentation de l’ammoniac NH3
  • Baisse du Ph

De là, on peut se dire que faire un goutte à goutte ne peut être que la bonne solution pour rétablir des paramètres d’eau correcte. Certes, mais c’est méconnaître le comportement de l’ammoniac en fonction du PH. En effet, lorsque le PH baisse, la concentration d’ammoniac diminue pour laisser place à l’ammonium qui est légèrement moins toxique pour le poisson. Dans nos aquariums dans de bonnes conditions de maintenance le PH varie entre 8 et 8,5 au fur et à mesure de la journée. En dessous de cette valeur l’ammonium remplace l’ammoniac comme le montre le graphique ci-dessous.

Fluctuation ammoniac ammonium ph

Dès lors, en faisant le goutte à goutte, vous allez doucement intoxiquer et stresser votre nouveau pensionnaire au lieu de lui rendre la vie facile. Le seul moyen utilisé par certains importateurs de poissons est alors de remplacer l’eau du sachet directement par une nouvelle eau à la même température, même densité et même ph afin que l’acclimatation se fasse sans soucis. C’est pour cela que vous nous conseillons d’adapter la salinité du bac de quarantaine à celle du sachet et ensuite d’introduire le nouvel arrivant directement dans ce bac. Si vous ne pouvez pas faire de quarantaine, le choix de le mettre directement dans le bac après une acclimatation de température peut être fait. Désormais, avec toutes ces données en main, le choix s’offre à vous ; stresser le poisson avec l’ammoniac ou stresser le poisson avec un changement de densité.

Note : Les poissons résistent aux deux cas sans soucis.

Une solution intermédiaire et simple (vu qu’il n’est pas forcément facile d’ajuster le ph, KH …), dans le cas où les salinités de l’eau du bac et de l’eau de transport sont éloignées : préparer un récipient avec de l’eau du bac. Ajuster la salinité de l’eau du récipient pour y retrouver la salinité de l’eau du sac. Y mettre le poisson directement, puis ajuster progressivement de nouveau la salinité du récipient en ajoutant de l’eau du bac en goutte à goutte, par exemple.

La quarantaine

Il est primordial d’effectuer une quarantaine des nouveaux arrivants avant qu’ils puissent nager dans votre petit paradis. Tout cela dans l’optique de ne pas introduire de nuisibles et ainsi de contaminer vos pensionnaires. Pour la quarantaine, il suffit de mettre en place un aquarium adapté au volume nécessaire pour les pensionnaires nouvellement acquis, quelques cachettes disposées (des tuyaux de PVC suffiront amplement), un écumeur et surtout un filtre UV. Ce filtre permettra de tuer les potentiels nuisibles relâchés par les pensionnaires. Afin de lever la moindre suspicion, une période d’observation des poissons est nécessaire. Si vous observez quelque-chose d’étrange,( taches, mousses, comportement etc…) documentez-vous et appliquez le traitement adéquat dans cet aquarium mis en place pour cela (par exemple traitement au cuivre ou vert de malachite).
Quarantaine

L’adaptation aux autres membres de l’aquarium

Pour la plupart des pensionnaires vous n’allez pas avoir de soucis pour les introduire. Ils vont aller se cacher et prendre leurs marques progressivement dans leurs nouveaux locaux. En revanche, certains cas peuvent poser soucis.

Les labres

Les labres, qui, pour la majorité, ont pour habitude de dormir dans le sable, ne vont pas hésiter à se réfugier dans la couche de substrat disponible dans votre bac. Si vous ne le voyez pas les premiers jours c’est sûrement qu’il sort tôt le matin et se cache pendant la journée dans votre décor, à l’affût du moindre copépode croisant sa route.

Les chirurgiens

Ces poissons sont proportionnellement caractériels en rapport à leur beauté. Les habitants ne vont pas hésiter à taquiner le nouvel arrivant, voire le mutiler. Pour éviter ce genre de comportement, on peut préalablement lui faire une acclimatation « au piège » ou à l’aide d’une boite d’acclimatation prévue à cet effet. Il s’agit simplement d’une boite en plastique, laissant circuler l’eau, dans laquelle sera placé le nouveau poisson : ainsi, tout en le voyant, les autres pensionnaires s’y habitueront mais ne pourront rien lui faire.
boite acclimatation

Cette phase effectuée, vous pouvez donc décider de le relâcher dans le bac. Pensez à nourrir les habitants avant de procéder à la libération afin de les divertir quelques instants, laissant ainsi du temps au petit nouveau. Si des tensions se font encore sentir vous pouvez alors faire un « black-out » du bac lorsque vous le relâchez. Vous éteignez donc toutes les lumières de l’aquarium, couvrez le afin qu’aucune lumière pénètre dans celui-ci et relâchez le nouvel arrivant. Le manque de lumière, forcera les poissons à aller « se coucher » et ignorer l’arrivée du petit nouveau.

Il est également conseillé d’ajouter plusieurs poissons à la fois (lorsque la taille de l’aquarium et la population actuelle le permettent) pour que les habitants en place « répartissent » leur éventuelle agressivité entre les différents nouveaux arrivants.

L’équipe de Recifal News vous souhaite de bonnes acclimatations !

Commentaires