Les Hybrides d’Acanthurus leucosternon et A. nigricans dans leur milieu naturel

Posté le 2 janvier 2021 par
Les hybrides d’Acanthurus leucosternon et A. nigricans, sont magnifiques et très rares.

Nous avons eu la chance de passer quelques temps cet hiver dans un endroit magnifique du Sud-est de l’île de Bali en Indonésie, où nous avons des fermes de corail. Cet endroit est aussi la fin de la zone de répartition d’Acanthurus leucosternon, ainsi que de nombreuses autres espèces de l’Océan Indien. Ce qui fait de Bali un endroit très particulier sur la carte ichtyologique mondiale.

En effet, plus à l’Est de cette zone se trouve le détroit de Lombok, entres les îles de Bali et Lombok. Ce détroit, profond et soumis à des courants intenses, fait partie de la ligne de Wallace qui sépare l’Asie de l’Australie, au niveau de la faune et de la flore. Bali est donc la dernière île à l’Est où l’on trouvait des tigres. Et Lombok, la première île à l’Ouest où l’on trouve des Cacatoès et des marsupiaux.

Notez la coloration plus sombre, la disparition de la poitrine blanche et le jaune sur l’anale et la caudale.

Ce détroit est parcouru par des courants intenses, car l’Océan Pacifique s’y déverse dans l’Océan Indien. Il est donc très délicat pour les larves de l’Océan Indien de franchir ce goulot, ou de le remonter. C’est alors la limite de répartition de nombreuses espèces de poissons coralliens de l’Océan Indien. On y trouve une très faible population d’Acanthurus leucosternon. Mais comme ceux-ci ne sont pas en effectif suffisant, ils se joignent aux parades nuptiales des Acanthurus nigricans, beaucoup plus nombreux, et s’hybrident avec eux.

 

Nous vous avons fait une petite vidéo pour vous montrer ces poissons dans leur milieu naturel, mais aussi pour vous montrer la structure classique des populations de chirurgiens dans les eaux peu profondes de Bali. Avec les Acanthurus lineatus très agressifs qui patrouillent le platier, les A. leucosternon / A. nigricans, A. olivaceus qui se nourrissent en dessous avec les Zebrasoma scopas et les Ctenochaetus striatus et truncatus. Les grands bancs d’Acanthurus blochii, A.leuchocheilus sombres qui circulent librement dans la sécurité du nombre sur le récifs. Vous pouvez aussi voir en arrière plan, les grands bancs de Naso unicornis et N. tonganus beaucoup plus gros. Tout ce petit monde vit en parfaite harmonie et se partage les quelques hectares du parc immobilier haut de gamme qu’est le récif entre 0 et 10 m de profondeur, où la majorité des algues pousse.

En espérant que ce petit montage vous inspire pour monter vos assemblages de poissons dans vos bacs.

Partager sur

Toutes les actualités