Aquariums Nano Récifaux et l’avènement du bouturage des coraux par Albert J. Thiel

Posté le 27 mai 2013 par

Albert, auteur du livre, Nano-Reef Aquariums, partage sa vision du Nano-Récif et du bouturage suite à l’affaire de la 6ème Bourse Aquario/Terrario à Sallertaine.

Il est indéniable qu’un certains nombre de progrès ont été effectué, ces dernières années, dans la maintenance des aquariums récifaux; le plus notable étant qu’il est possible d’entretenir et développer des coraux délicats tels qu’Acropora, Echinophyllia, Oxypora, Mycedium et d’autres espèces tout aussi désirées.

Cependant, une autre évolution encore plus importante est la possibilité de morceler un grand corail et d’utiliser les petits parties, ce qui a permis à des aspirants aquariophile de créer des nano-récifs. Ces personnes qui étaient intéressées par la création d’un aquarium récifal mais rebutés par le coût de développement, n’étaient pas capable ou ne voulaient pas prendre la décision d’en démarrer un. Le bouturage a permis de changer la donne.

Permettez-moi de développer. Nombreux sont ceux qui impliqués dans cette activé, professionnellement ou semi-professionnellement, ont acquis un vaste échantillon de coraux et utilisent différentes techniques pour couper de petits morceaux de grands coraux, pour les coller sur ce que nous appellerons un support, fait de calcaire, ou tout autre matériau adapté, pour les vendre à d’autres aquariophiles qui vont les ajouter à leur aquarium pour les faire pousser vers de plus grandes tailles.

Pourquoi le bouturage est une avancée si importante? Simplement car beaucoup de ceux qui ont voulu démarré cette activité, ne pouvaient, ou voulaient pas à cause des coûts, alors que maintenant ils peuvent acquérir, les coraux souhaités à une fraction du prix d’un corail entier.

Ce simple changement peut-il faire une différence et convaincre tant de personnes à démarrer un aquarium récifal ? En effet, par exemple, un corail Echinopora d’une belle taille se vendait dans les $1000 (774 €) avant le bouturage.

Une bouture de ce même corail peut être acquis pour moins de $100 (74 €).

Ces prix moindres ne sont pas limités à ces « corail calice », mais sont généralisable à toutes les espèces qui étaient achetées à grands frais.

Les Acropora, qui étaient vendus plusieurs centaines de dollars pièce, peuvent être acquis sous forme de fragments valant moins de $100 (74€) même s’ils font partis d’un type très spécial. Voir moins, pour les types les plus communs.

En plus, de cette réduction des coûts, l’avantage subséquent est l’apparition du concept de nano-récif.

Non seulement, les coraux sont plus abordables, mais l’équipement requis pour construire un nano-récif est moins coûteux que celui nécessaire pour aquarium de taille « normale ».

Grâce aux avancées sur au bouturage et les nano-aquariums récifaux, les bacs allant de 40 à 120 litres, l’activité récifal à vue une grande croissance non seulement par l’augmentation de clubs d’aquariophilie récifale mais aussi par l’augmentation des magasins dédiés, ainsi que leurs stocks; on peut donc dire que ça a aussi aidé les animaleries.

Ces deux avancées ont aussi permis de réduire l’impact sur l’environnement de l’activité récifal, car moins de coraux sont prélevés sur les récifs. L’impact n’est pas aussi significatif qu’il pourrait l’être mais à terme avec la généralisation de ces deux techniques, il le sera.

Le bouturage a évolué à ce point que les aquariophiles peuvent eux-mêmes découper des coraux délicats mais aussi les autres formes de vie présentes dans les nano-récifs telles que les différentes espèces de Corallimorpharia ou les « champignons » des espèces Discosoma et Rhodactis.

Avec la poursuite de cette tendance, il n’y a pas de raisons que de plus en plus de personnes ne soit attirées par l’aquariophilie marine, plus particulièrement les nano-récifs, étant donné que le coût de départ de l’activité à énormément diminué, mais aussi parce que les variétés de coraux et autres organismes ont augmentées, spécialement celles qui peuvent être bouturées.

Alors comment peut-on acquérir des boutures pour son nano-récif ? Pour débuter la plupart des aquariophiles iront faire leurs achats dans une animalerie, mais alors qu’il devient plus expérimenté – et peut être l’aide d’un club / d’une société d’aquariophiles – il pourra acquérir de nombreuses boutures lors d’échanges. Une tendance qui se développement de plus en plus en fréquences et en lieux.

Même si le bouturage existe depuis de nombreuses années, ce n’est que depuis environ 2 ans que le décollage s’est fait et a permis à de plus en plus d’aquariophile d’être au courant et même de recherche où et quand de nouvelles méthodes apparaitrons.

C’est de bon augure pour l’aquariophilie spécialisée dans les nano-récifs. J’encourage tous ceux qui veulent un aquarium récifal de débuter par un nano-récif en commençant leur bac avec une belle sélection de boutures.

C’est un hobby magnifique et je souhaite que tous les lecteurs aient une agréable expérience dans l’aquariophilie récifale.

Pour plus d’information sur le livre d’Albert Nano-Reef Aquariums et un sujet pour la commande groupée de la version Anglaise de ce livre.

Traduction par Alderas pour Récifal-News corrigée par b92

Commentaires